Accident d’anesthésie :

Un enfant déclenche un arrêt cardio-respiratoire à l’origine d’importantes séquelles cérébrales après une opération médicale. La Cour de cassation confirme la condamnation de la clinique, in solidum avec le médecin-anesthésiste, en relevant que l’infirmière n’avait pas pris toutes les précautions nécessaires pour éviter l’incident et que la clinique était responsable de la faute de sa salariée.

(Cass. Civ. 1ère., 10 décembre 2014, n° 13-21.607)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *