Contamination post-transfusionnelle par le virus de l’hépatite C et refus partiel d’offre d’indemnisation par l’ONIAM

Le refus, même partiel de l’offre d’indemnisation faite par l’ONIAM à une victime contaminée par le virus de l’hépatite C à la suite d’une transfusion sanguine rend l’offre caduque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *