Indemnisation des répercussions psychiques consécutives à un décès (Civ. 2ème 18 janvier 2018)

Si l’assassinat de ses parents a eu des répercussions importantes sur l’état psychique d’un jeune enfant, il a droit à une réparation complémentaire de son préjudice d’affection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *